News

Comment évaluer le prix de cession d’une entreprise ?

La valorisation de l’entreprise est une étape clé pour vendre son entreprise à son meilleur prix. Il existe de nombreuses méthodes pour enclencher des négociations sur des bases objectives. En voici les principales.

Quand et pourquoi faire évaluer son entreprise ?

La cession d’une entreprise fait partie des étapes de la vie d’une entreprise qui demande une évaluation de sa valeur. Cette démarche d’analyse vise à déterminer tous les paramètres financiers indispensables pour entreprendre des négociations dans un contexte de vente.

L’évaluation procède :

  • d’une analyse des états financiers de l’entreprise, de l’actif net comptable
  • de ses perspectives d’avenir en termes de rentabilité, de productivité et bénéfices financiers
  • de son patrimoine

L’estimation de sa valeur réelle doit se faire en toute impartialité de manière à ce qu’elle soit la plus juste possible. C’est pourquoi l’analyse doit reposer sur la collecte d’informations précises et détaillées sur :

  • le marché des entreprises
  • la concurrence par secteurs d’activités
  • la législation en vigueur pour chaque type juridique et social d’activité

Quelles sont les principales méthodes d’approche ?

Il faut savoir qu’il n’existe pas une seule et unique valeur de l’entreprise. Selon le contexte économique, certaines valeurs les plus tangibles et les plus objectives peuvent parfois désapprouver les valeurs de marché. L’enjeu pour chaque acquéreur est d’acheter une entreprise à fort potentiel futur.

Bien qu’il n’existe aucune méthode officielle ou réglementaire, les diverses approches possibles permettant d’évaluer la valeur d’une entreprise s’efforcent toutes de prendre en compte tous les éléments devant permettre de déterminer la valeur du marché.

Il existe des cabinets comptables spécialisés dans l’accompagnement des entreprises en situation de cessation. C’est le cas du cabinet comptable ERECApluriel, expert en reprise et cession d’entreprise dont certaines missions consistent en vente d’entreprises dans les meilleures conditions de prix, de sécurisation et de fiscalité.

Rappelons les trois principales méthodes :

  • La méthode comparative
  • La méthode patrimoniale
  • La méthode de rendement

La première des méthodes repose, comme son nom l’indique sur une comparaison des prix pratiqués sur le marché de la reprise des entreprises. Le but étant de se baser sur les prix de cessions d’entreprises similaires (au point de vue de la taille, du type d’activité, du chiffre d’affaires réalisé) afin de fixer un prix de vente comparable et en adéquation avec le marché. C’est une méthode performante qui a fait ses preuves dans les secteurs du commerce et de l’artisanat.

La méthode patrimoniale demeure en théorie la plus objective de toutes. Elle vise à évaluer les actifs de l’entreprise en procédant au retrait des dettes contractées. Le résultat obtenu correspond à l’actif net servant à la détermination du prix de vente final. Il représente la fraction du patrimoine de l’entreprise qui appartient à ses associés ou à ses actionnaires.

Avantages de cette méthode d’évaluation :

  • La plus ancienne
  • La plus répandue en pratique
  • La plus rapide et la plus simple à mettre en œuvre

Ses inconvénients :

  • Elle présente certaines limites
  • Certains éléments ne sont pas pris en compte comme les perspectives de croissance et de développement de l’entreprise, la qualité du personne, moins objectifs mais tout à fait indispensable à la rentabilité de l’activité

Enfin, la méthode dite de rendement basée uniquement sur le potentiel réel de l’entreprise et sa capacité à réaliser des bénéfices. Méthode davantage complexe à mettre en œuvre, car  elle nécessite davantage d’éléments et pièces administratives fiables pour constituer un scénario des plus crédibles. En revanche, elle est fortement conseillée pour évaluer une entreprise en pleine croissance économique.